lundi 28 février 2005

278 : vérité de l'histoire passée au crible des mathématiques de la poésie exacte de son oeil

192  Les dix-neuf yeux verts et fous d'un bus avançaient vers eux dans l'obscurité [D : descriptions de choses et atmosphères]                                    * 504  un froncement, l'ombre d'un cheveu dans son épaisseur apparut entre ses yeux. [G : descriptions des filles] . 508  Elle avait dix-huit ans et une peau comme... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:50:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 février 2005

277 : H & C

[...] Il est né le 31 mai 1960 à Bourg-Saint-Maurice, en Savoie. Il a le même âge qu'elle. Mais certainement pas son entregent et son insouciance de jeune bourgeoise. Il a cependant déjà fait ses classes de militant gaulliste. Son père, Aristide, qui tient un magasin de chaussures, rue Desserteaux, à Bourg-Saint-Maurice, est conseiller municipal de la ville et assez politisé pour encourager son fils à adhérer, à l'âge de 14 ans, à l'UDR. A Sciences-Po, le jeune homme a pris, toutefois, un peu d'assurance et dirige la section des... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 26 février 2005

276 : en guise de salutation, il récita deux vers sur l’art

[…] Après un séjour de deux ans, le jeune homme ressentit un violent désir de revoir sa famille, son pays, sa fiancée et pria le Maître de le laisser partir. Le Maître sourit en hochant la tête : « Tu es libre, dit-il, d'aller où bon te semblera. Tu peux revenir, tu peux ne pas revenir, comme cela te conviendra. » Le disciple se mit donc en route et marcha sans trêve ni repos jusqu'à ce qu'il se trouvât un matin à l'aube sur le rivage de sa patrie et, en passant le pont en dos d'âne, aperçut de l'autre côté sa ville... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 février 2005

275 : Bouche cousue

" J'ai très bien connu vos demi-frères" Le permis de conduire. Un mauvais souvenir. Je déteste l'auto-école, l'attente dans la pièce aux murs sales, les tests du code. Et surtout ce directeur mielleux qui du jour au lendemain me susurre à l'oreille, comme si nous partagions des confidences que d'autres n'ont pas le droit d'entendre, créant une fausse intimité qui me fait horreur. [...] Puis [...] il y a «Paris Match», la révélation de mon identité, ma photo sur tous les kiosques à journaux. Et tout ce travail d'anonymat s'envole en... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 19:36:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 février 2005

274 : ben è che ragionando la compense

                                                                          " J'ai dormi, cette première nuit, dans un tel silence qu'il me semble que je ne me réveillerai jamais... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 24 février 2005

273 : "peu de gens savent que ne pas écrire est aussi le fruit d'un long et pénible travail.»

[...] Hofmannsthal, et aussi Auden, ou le Japonais Ishikawa Takuboku, adepte de la forme brève, l'Egyptien Sayyid Qutb, qui a redécouvert l'islam dans les geôles de Nasser, Paul Rée, l'antidote de son ami Nietzsche, Rée qui mène à Wittgenstein, comme lui «il jugeait affligeant le spectacle qu'offrent trop de philosophes occupés à surcharger de sens un monde qui exhale la souffrance et suinte l'absurde». Il s'agit d'une course de relais, pas forcément rapide, mais menée à un rythme précis, sans faille, sans faute. Tout ramène à Cioran,... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:28:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 février 2005

272 : "Tu vois, chérie ? Eh bien... c'est un phallus."

[...] Ce qui tremble, c'est la langue dont divers verrous et barres de censure s'effondrent comme un mur. Avec la rapidité d'élocution, la nouveauté la plus frappante est le suremploi du mot d'"enculé". C'est le la du début du XXIe siècle. Bientôt, on n'aura plus les clés, mais seulement les signes (l'obscène). Une histoire drôle ? Par écrit, c'est carrément suicidaire... Celle-ci pourtant : c'est la nuit de noces (ça vous date une histoire : à part quelques curés et trois homosexuels, on voit mal qui voudrait se marier). Le mari se... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:00:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 24 février 2005

271 : « Merde alors, connard, tu te prends vraiment pour un intellectuel ?»

MercrEDI Ma vie est ainsi Aujourd'hui, la première info sur l'Internet présente les Chinois de Londres célébrant le nouvel an traditionnel. Les reportages sur l'accident de la mine sont illustrés d'une photo montrant les familles de morts préparant des costumes blancs pour les funérailles. Il fait beau. Je suis sorti me promener. Le soleil fait mal aux yeux après la neige. Il y a plus de monde et de voitures. Les gens reprennent le travail aujourd'hui. Je ne vais plus au travail depuis plus de vingt ans. Ceux qui m'envient disent... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 00:37:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 février 2005

270 : " Ici reposent les restes et la semence de Paul Claudel "

Le consul Claudel, éclat de ses yeux que son large visage recueille et réfléchit ; il veut continuellement partir et y parvient du reste en détail, mais pas en général ; … ( Franz Kafka :  Journal, [Le 6 novembre 1910]. Le Livre de Poche, 1983, p.14.) * A la page 66 du Journal de Kafka on lit : Le Consul Claudel, l'éclat dans les yeux q[ue] son large visage reçoit et reflète : à tout instant il essaye de prendre congé de l'assistance, il y réussit individuellement, non pas collectivement, … ( Paul... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 22 février 2005

269 : " Merci d'être mort. Il en faut de temps en temps, cela ne sert à rien. Merci le mort d'être mort."

                                               * ( Thomas Clerc: Le littéralisme de Tarkos. Artpress n°310, mars 2005, p. 60.  http://www.artpress.com )
Posté par Sparadrap à 22:25:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]