jeudi 30 juin 2005

421 : Bonjour et bonnes vacances à LOU

dimanche 12 juin 2005 421. Bon de commande Dans l'auto. Comme tous les matins, j'écoute "Pure F.M." pour aller à l'école. Hormis le mouvement, la radio et les sirènes sont mes seules distractions dans une voiture.- Dis, maman, tu l'as à la maison, ce disque de Moby ? - Non, on a le précédent. - Alors, tu vas l'acheter, hein ? - J'lui laisse pas le temps d'en placer une - Tu vas au magasin pour acheter ce disque et l'avoir à la maison ! Moi j'ai envie ! Voilà qui est clair. V'là que je rentre de plein pied dans le... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 09:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 juin 2005

420 : Les Vance habitaient au numéro sept.

MR.VANCE entre avec une canne : … Ah, vous savez, il faudra qu’il fasse des excuses, Mrs Joyce. MRS JOYCE : Oh oui…Tu entends, Jim ? MR VANCE : Ou bien – s’il ne le fait pas – les aigles viendront et lui crèveront les yeux. MRS JOYCE : Oh, mais je suis sûre qu’il va demander pardon. JOYCE, sous la table, à part lui :            Ses yeux ils crèveront            Demander pardon        ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 29 juin 2005

419 : " la nouvelle raison"

« L'amour est aveugle ? Quelle plaisanterie ! Dans un domaine où tout est regard ! » - Philippe Sollers    http://www.loupetiart.org/      
Posté par Sparadrap à 09:43:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 28 juin 2005

418 : fermer souverainement

Si l'homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux,il finirait par ne plus voir ce qui vaut d'être regardé.René Char (Feuillets d'Hypnos) Régis Debray (Vie et mort de l'image) . Douze thèses sur l'ordre nouveau et une ultime question http://www.epigraphe.org/index.php
Posté par Sparadrap à 18:20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 28 juin 2005

417 : "RESTEZ CHEZ VOUS" ou " LES GENS LE SAURONT"

Pour combattre la prostitution, la municipalité de Chicago croit avoir trouvé la solution : ne plus s'en prendre aux prostituées mais aux clients. En les humiliant, de surcroît. Le 21 juin,la police de la ville a commencé à diffuser sur son site Internet (www.chicagopolice.org) les photographies mais aussi les noms et adresses des personnes appréhendées en train de solliciter des services sexuels.  Ces informations restent accessibles pendant trente jours. Le succès de curiosité a été immédiat. Lors des deux premiers jours... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:34:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 27 juin 2005

416 : La glace de vos yeux dans l'espoir d'apercevoir Beigbeder en string...

Mademoiselle,Hier vous portiez une jupe beige fendue devant et j’ai marché derrière vous quelque cent cinquante mètres dans l’espoir d’apercevoir votre string à contre-jour. “Vanité des vanités, tout est vanité”, certes, cependant j’ai du mal à me remettre de cette poursuite émouvante (bien que vous ne soyez pas la seule femme élégante dans le quartier !).La glace de vos yeux m’a carrément figé les sens. Puis ils se sont mis à tourner à toute vitesse, de droite à gauche puis de gauche à droite. Vous voyez le genre.Que dois-je faire ?... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 26 juin 2005

415 : "habiter" vraiment l'espace

[...] Tout commence, au XVIIIe siècle, quand se dessine en France un véritable réseau routier. Auparavant, il existait bien des chemins, mais, un peu à la manière des pistes dans certains pays d'Afrique de nos jours encore. Seuls les ponts ou les gués et les principales étapes étaient fixes ; le tracé des itinéraires changeait en fonction des saisons et de la météorologie. Le voyage n'était que la translation d'une ville à une autre, le parcours d'un point de départ à un point d'arrivée. Il ne suscitait chez le voyageur aucune... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:48:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 25 juin 2005

414 : Reflets dans un oeil rose

Film. «Pink Narcissus», oeuvre culte des années 70 réalisée anonymement, ou les émois autoérotiques d'un éphèbe.Un papillon qui déplie ses ailes au coeur de couleurs si saturées, à dominante rose, que ça tourne presque au dessin animé. Un jeune homme nu qui contemple ses reflets dans une glace multiple se métamorphosant en cuvettes de pissotière, jet d'urine au fond d'une chiotte, gros plan rendant compte que tout est composition en ce bas monde, niveau d'abstraction d'où jaillit la féerie. Le jeune homme en torero, accueillant dans... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 24 juin 2005

413 : L'Alphabet de Geneviève : son oeil, ses lèvres, son menton, son nez, ses mèches de cheveux

"ODALISQUE" ALANGUIE  Le premier dessin au stylo à bille bleu, rehaussé de crayons noir et de couleur, est le plus abouti de la série : des boucles épaisses encadrent un visage net, aux traits fins et au caractère bien affirmé (150 000 à 200 000 €). Le deuxième, au fusain, fait apparaître un vrai sourire, rarissime chez Picasso, qui se lit tout autant dans les yeux et l'expression du visage que sur les lèvres (80 000 à 120 000 €). Alors qu'il vient de se séparer de sa compagne précédente,... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 23 juin 2005

412 : " Le vif du vivant ", celui qui oblige à ouvrir les yeux

Dans le huis clos d’une famille une mère couvre (couve) la folie de son fils de son corps mou. Dans un salon, le tango entraîne en couple tous les paumés, leurs attitudes et leurs espoirs, et leur manque d’amour. Des élèves huissiers reçoivent une leçon de sociologie de la misère, et de la manière de l’ignorer. Le cynisme semble joyeux chez Lydie Salvayre, un cynisme salvateur qui permettrait de ne pas voir, ne pas savoir, de faire crânement semblant, comme on le fait tous, et tous les jours. Mais voilà Picasso " Le vif du vivant... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :