mardi 4 mars 2008

1065 : Lisette

Le lendemain, le vétérinaire a téléphoné pour dire que Lisette était morte pendant la nuit. J'ai compris alors que Dieu avait voulu l'emmener. J'avais les yeux pleins de larmes et je n'avais pas le courage d'annoncer cette nouvelle à la maison. Finalement je l'ai fait et tout le monde et devenu très très triste. Clarise Lispector, La femme qui tuait les poissons, Editions Ramsay/ de Cortanze, 1990, p35. Traduction par Séverine Rosset et Lucia Cherem.
Posté par Sparadrap à 14:40:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :