lundi 11 janvier 2010

1317 : « le Mythe »

Saluons ce paradoxe. Le pays où l'image est reine a produit trois légendaires maîtres du langage, acquis à l'invisible : J. D. Salinger, Thomas Pynchon et, un peu plus loin dans le temps, Emily Dickinson, née en 1830 à Amherst, Massachusetts. A quoi ressemblait celle qui prétendait n'être personne et refusait l'horreur d'être quelqu'un ? Face aux 1 789 poèmes parvenus jusqu'à nous, un seul daguerréotype, de 1847. Coiffure chaste, insondable profondeur du regard aiguisant l'éclat laiteux d'un teint de couventine. Le visage de ses 17... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 15 mai 2009

1204 : Et souvent - ne voyons pas

Les Admirations - et les Mépris - du temps -Se montrent les plus justes - par la Tombe Ouverte -Le Mourir - comme un SommetRecompose l'Estime,Ce que Nous n'avions pas vuNous le distinguons clairement -Et souvent - ne voyons pasCe que Nous avions vu avant - Emily Dickinson, Car l'adieu, c'est la nuit. Ed. Poésie/Gallimard, n°435, 2008, p.225. Traduction Claire Malroux.
Posté par Sparadrap à 13:19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :