vendredi 30 avril 2010

1360 : L'union libre

(...)Ma femme aux fesses de printempsAu sexe de glaïeulMa femme au sexe de placer et d'ornithorynqueMa femme au sexe d'algue et de bonbons anciensMa femme au sexe de miroirMa femme aux yeux pleins de larmesAux yeux de panoplie violette et d'aiguille aimantéeMa femme aux yeux de savaneMa femme aux yeux d'eau pour boire en prisonMa femme aux yeux de bois toujours sous la hacheAux yeux de niveau d'eau de niveau d'air de terre et de feu. André Breton, Clair de terre. Editions Poésie/Gallimard n°11, 1966, p.93.
Posté par Sparadrap à 19:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 9 janvier 2010

1315 : Les yeux de fougère

Breton a réalisé un collage similaire à partir d'une photographie de Suzanne Muzard, reproduit dans le livre de Georges Sebbag, p. 57 et, dans ses archives, il a été retrouvé un portrait de Lise Meyer de septembre 1927 dont les yeux sont également découpés (photographie reproduite dans Sebbag, p. 62). La provenance de cette photo des yeux de Nadja est restée mystérieuse jusqu'à la publication du livre d'Hester Albach « Léona, héroïne du surréalisme ». Le découpage proviendrait d'un portrait, "datant de l'époque où elle... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 1 octobre 2009

1273 : Sans hésitation

Je n'avais jamais vu de tels yeux. Sans hésitation j'adresse la parole à l'inconnue, tout en m'attendant, j'en conviens du reste, au pire. Elle sourit ... André Breton, Nadja. Editions Gallimard/ Folio n°73, 1974, p.73.
Posté par Sparadrap à 15:01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 29 septembre 2009

1271 : Violet

J'éprouve, en effet, pour le violet une horreur sans borne, qui va jusqu'à m'empêcher de pouvoir séjourner dans une pièce où cette couleur, même hors de ma perception directe, laisse filtrer quelques-uns de ses rayons mortels.Il m'avait été agréable  d'apprendre que Rimbaud, dont l'oeuvre jusque-là me paraissait trop à l'abri des tempêtes passionnelles pour être pleinement humaine, avait de ce côté éprouvé au moins une déception grave. De plus, les yeux des femmes étaient, comme je l'ai donné suffisamment à entendre, tout ce sur... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:01:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 17 février 2007

862 : De l'accalmie pour leurs seins

Les "beau comme" de Lautréamont constituent le manifeste même de la poèsie convulsive. Les grands yeux clairs, aube ou aubier, crosse de fougère, rhum ou colchique, les plus beaux yeux des musées et de la vie à leur approche comme les fleurs éclatent s'ouvrent pour ne plus voir, sur toutes les branches de l'air. Ces yeux, qui n'expriment plus que sans nuance l'extase, la fureur, l'effroi, ce sont les yeux d'Isis ( "Et l'ardeur d'autrefois..."), les yeux des femmes données aux lions, les yeux de Justine et de... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :