samedi 16 décembre 2006

822 : si cet oeil n'est pas un nuage

Mon cheval s'arrête! Arrête aussi le tien, compagnon, j'ai peur! Entre les pentes de la colline et nous, les pentes gazonnées de la colline, c'est une femme, si ce n’est pas un grand nuage. Arrête ! elle m’appelle ! elle m’appelle et je vois son sein qui bat ! son bras me fait signe de la suivre, son bras... si son bras n'est pas un nuage. -   Arrête compagnon, j’ai peur, arrête ! entre les arbres de la colline, les arbres inclinés de la colline, j'ai vu un oeil, si cet oeil n'est pas un nuage. Il me fixe, il m'inquiète ;... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 22:16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 décembre 2006

821 : Men Without Eyes: Part 1

For the next five weeks, Gems will feature highlights from Men Without Eyes, one of Yiddish radio's most successful melodramas. The twelve-part series, which ran on New York's WVFW in the spring of 1941, told the story of Betty Nussbaum, a beautiful teenager whose life is thrown into a whirlpool of despair when an accident strikes her middle-class Brooklyn home. The story was 100% melodrama -- for half a century the forte of the Yiddish stage. Starting at the turn of the 19th century, melodramas were the runaway favorite among the... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 11:48:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 11 décembre 2006

820 : Choses Vues

- Vous avez 40 ans et vous avez de plus en plus besoin de lumière pour lire Victor Hugo ?
Posté par Sparadrap à 15:18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 11 décembre 2006

819 : pas froid aux pupilles

Rodin et la femme ? Passion dévorante. Boulimie insatiable. Le sculpteur n’en finit plus de tournicoter autour de ses modèles, muni d’une feuille de papier posée sur un carton. * Des yeux au crayon, c’est comme la foudre en montagne. Le dessin n’est plus un exercice ou une esquisse, mais une aventure fiévreuse. Une folie. C’est grave, docteur ? Ou bien monsieur le juge ?C’était il y a plus d’un siècle, à partir de 1890. En ce temps-là, on n’avait pas froid aux pupilles. Écoutez la danseuse et chorégraphe... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 10 décembre 2006

818 : Lomejordelagastronomia-el congreso

Dans les autobus, des moniteurs diffusent un quiz qui demande de deviner un personnage à travers ses yeux : entre le regard de Tom Cruise et de Victoria Abril se trouve celui du célèbre cuisinier d'El Bulli. L'Espagne a fait de ses chefs des stars. Chimies espagnoles Par Vincent NOCE LIBERATION : vendredi 8 décembre 2006
Posté par Sparadrap à 09:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 9 décembre 2006

817 : Dedans mon ennemi je trouve mon amant

CHIMENEEnfin je me vois libre, et je puis sans contrainte De mes vives douleurs te faire voir l'atteinte; Je puis donner passage à mes tristes soupirs; Je puis t'ouvrir mon âme et tous mes déplaisirs. Mon père est mort, Elvire; et la première épée Dont s'est armé Rodrigue, a sa trame coupée. Pleurez, pleurez, mes yeux, et fondez-vous en eau! La moitié de ma vie a mis l'autre au tombeau, Et m'oblige à venger, après ce coup funeste, Celle que je n'ai plus sur celle qui me reste.ELVIREReposez-vous, Madame. Pierre Corneille, Le Cid... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:41:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 8 décembre 2006

816 : Wunschloses ungluck

Elle avait peur de l'hiver, quand tout le monde se tenait dans la même pièce. Personne ne venait la voir; dès qu'elle entendait un bruit et levait les yeux, ce n'était une fois de plus que son mari: "Ah, c'est toi !" (p.88) Elle ne savait plus prendre une expression pour les photographies. Elle fronçait bien le sourcil et plissait les joues pour un sourire mais les yeux regardaient avec des pupilles qui glissaient du centre de l'iris, dans une tristesse incurable. (p.105) Peter Handke, Le malheur indifférent. Folio... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:34:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 6 décembre 2006

815 : Mon chat, cet incompris !

J’ai un problème avec mon chat. A chaque fois que je suis devant l’ordinateur, il vient me réclamer un câlin. Si je dis oui, ça dégénère ! Au début, il a sa petite tête de gentil et le ronronnement généreux. Il s’allonge sur mon ventre, se cale contre mon bras et me dit avec les yeux mi-clos : “lèche-moi la bite caresse-moi !”Alors moi, trop heureuse de le voir enfin sympa avec moi, je craque et je passe ma main sur ses poils. Très rapidement il bande ronronne de plus belle pour m’encourager à lui lustrer “la bite ! la bite !” le... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 5 décembre 2006

814 : N.R. 1m78

Elle m'a fait jouir beaucoup plus tard et de façon très ludique, en tout dernier. Après m'avoir longtemps sucé, elle m'a repris dans sa main et s'est approchée de mon visage. "Je veux te regarder jouir. Je veux que tu jouisses avec mes yeux plantés dans les tiens." Elle riait presque. Une môme. Une vrai môme. Dangereuse et éclatante. Nicolas Rey (1m78), Mémoire courte. Editions Au diable vauvert, 2000, p.56.  
Posté par Sparadrap à 13:02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 4 décembre 2006

813 : Au sud

" Il doit y avoir des îles là-bas au sud des choses Où souffrir est une chose plus douce, Où vivre coûte moins à la pensée, Et où l'on peut fermer les yeux et s'endormir sous le soleil Et se réveiller sans avoir à penser à des responsabilités sociales Ni quel jour du mois ou de la semaine on est aujourd'hui." Fernando Pessoa, Poèmes d'Alvaro de Campos. Le journal de Jane Sweet
Posté par Sparadrap à 15:22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]