vendredi 10 novembre 2006

799 : À quoi bon !

«  Vous devriez venir à la maison, car nous pourrions mourir sans nous revoir. » - « Puis qu’il nous faut mourir de toute façon, nous revoir…, à quoi bon ?  » E.M.Cioran, Ébauches de vertige. Folio n°4100, 2004, p.108.
Posté par Sparadrap à 12:24:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 9 novembre 2006

798 : Penser à autre chose

Assurément, si les hommes portaient leur sexe au milieu de la figure, à la place du nez par exemple, cela changerait la face du monde. D'abord ils mentiraient moins. Et puis ils seraient obligés de se prosterner pour pouvoir baiser les femmes. Ou d'accepter qu'elles s'assoient sur leur visage. Et si les femmes portaient aussi leur sexe à la place du nez ? Comme les échanges de regards deviendraient lourds, comme il serait difficile de penser à autre chose ! On assisterait à ses propres coïts en gros plan, les organes génitaux sans... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 6 novembre 2006

797 : Un bourbon et une bière

Le bar sentait la pisse et la sueur. Nordstrom dut cligner des yeux pour distinguer les clients devant le comptoir. Il entendit une voix appeler son nom. C'était Henry, l'Indien Ojobway et il était visiblement très soûl. Nordstrom se dirigea vers lui en se demandant s'il devait embrasser le vieil homme dont la tête pleine d'alcool se balançait au son de la musique diffusée par le juke-box. - Tu ferais bien de téléphoner chez toi. Tout le monde te cherche. - Henry, je veux que tu viennes porter le cercueil avec nous, dit... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 15:54:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 5 novembre 2006

796 : Vingt dixièmes

l'écrivain s'est concentrée sur la mécanique des êtres : "Mon oeil unique et fidèle, à optique à enregistrement perfectionné, à vingt dixièmes de vision, mon oeil bien visionné s'est fixé sur :/le Monde près de moi en délire/Cette Humanité aux Portes/aux Portes de la folie." Ne restent que les mots crus et la syntaxe minimale, les angles d'une écriture "irritante, recherchée, presque hystérique, selon Alain Bosquet, (qui) finit par s'imposer dans un grand délire majestueux". "Le Bonheur de la nuit",... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 3 novembre 2006

795 : À travers la vitre

Quand je regarde à travers la vitre, je remarque tout de suite des bananiers enveloppés de leur protection contre la gelée, des branches de houx qui ont donné des baies rouges, et des poteaux électriques qui se dressent avec sans-gêne, mais cela mis à part, pratiquement rien de notable n’entre dans mon champ visuel. Du bureau où je me trouve, le spectacle qui s’offre à moi est remarquablement monotone et remarquablement réduit. Natsumé Sôseki, A travers la vitre.Editions Rivages, 2001. Traduction René de Ceccatty. ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:20:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 2 novembre 2006

794 : Tourner de l'oeil

Celui qui m'aurait dit que j'allais rentrer dans un cimetière... Quand l'opportunité s'est offerte à moi, fin 1991, je cherchais du travail depuis un bout de temps. Alors, j'ai accepté ce job comme une passerelle pour trouver un autre poste en interne, un peu plus tard. J'ai essayé de l'aborder sans a priori négatif. Et puis l'idée d'être utile aux gens qui en ont besoin me séduisait. J'ai suivi le travail des anciens avec intérêt. Ils m'ont formé à l'accompagnement des convois, au suivi des travaux de marbrerie, au renouvellement des... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:32:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 1 novembre 2006

793 : Mercure dansait

Il y a environ une semaine mercure dansait éternuements raclements de gorge de tendre garce tout autour poum poum poum mercure de couleurs lexicales faites venir faites venir faites parvenir ses missives aux brûlures aux incendies aux arbres du cœur des troncs caches thoraciques l’acidité de la salive des astres humains dépeuplent des astres humains le cacique le singe son arme franchit la frontière inutile de la peau faites remonter les chaleurs dans les mains les clameurs du fond du fond du fond du sexe L’élan l’élan l’élan... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:31:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 31 octobre 2006

792 : J'avais noté ton manège

GILLES. Entourée de silence, surtout. Jamais vu une femme avec autant de silence autour d'elle. Un mystère vivant protégé de murailles invisibles mais palpables. Lointaine. Inaccessible. Tu m'impressionnais beaucoup. LISA. Allons ! GILLES. Et ton regard... Un regard de sage, un regard antique, un regard d'au moins deux mille ans dans un corps de jeune femme. (Frissonant.) Alors que je ne te quittais pas des yeux depuis le matin, le soir je n'étais toujours pas parvenu à t'aborder. Eric-Emmanuel Schmitt, Petits crimes... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:05:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 octobre 2006

791 : Capitale

Elle, vingt-deux ans, minirobe noire, mais vraiment très, très mini. Lui, le même âge. Ils se croisent sous mes yeux, et lui la regarde d'une façon très accusée, de la tête aux pieds. Elle : - Ça vous ennuierait, de ne pas me regarder comme ça ? Lui :- Pourquoi, si vous n'aimez pas vos jambes, personne vous force à les montrer. Ho ho, ça se corse, dans la capitale. * Frédéric Berthet, Paris-Berry. Editions Gallimard, 1993, P.34.
Posté par Sparadrap à 22:28:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 octobre 2006

790 : « La souffrance, c'est inimaginable, il faut vivre avec pour savoir »

Le 31 juillet 2004, les gendarmes ont débarqué vers 21 heures. Les deux femmes habitaient une maison isolée à Tancarville-le-Haut, la dernière avant le pont. «Quand nous sommes arrivés , raconte l'adjudant chef à la barre, la maison était parfaitement rangée, c'était nickel. Elle était assise à la cuisine, elle s'est levée, elle a dit : "C'est moi", et elle a présenté les documents qui étaient sur la table. Il y avait un contrat d'obsèques, son livret de famille et son sac à main.» Léonie était prête à être conduite à la... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 08:08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]