jeudi 30 novembre 2006

809 : Vous aimez les oeufs ? [ 26 secondes]

14.- Nora, allongée dans les coussins (séquence 19), tire une bouffée de sa cigarette et lève les yeux vers sa gauche. [3 secondes] 26.-Le visage d'Alice, vu de face, se tourne vers sa droite, les yeux levés. [1 seconde] 48.- Visage de l'inspecteur, les yeux baissés, se lissant les moustaches. [2 secondes] 61.- En contrechamp, le visage de Nora se tourne vers sa gauche pour suivre des yeux Alice. [2 secondes] 66.- Visage d'Alice, regardant Nora : les yeux s'abaissent de la hauteur des seins jusqu'à celle du sexe. [2... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 novembre 2006

808 : Fleur, terre, soleil

I -GRAMMAIRE ET POUVOIR DE L’INTELLIGENCE Juin 2005 ; neuf heures du matin. La scène se passe dans la cour d’une école maternelle par une journée ensoleillée. La maîtresse place la petite Vanessa en un point précis de la cour et demande à Tiphaine de le marquer d’une croix. Puis Kader est chargé de dessiner sur le sol le contour de l’ombre de Vanessa. Tous les enfants reviennent à 10 heures, Vanessa reprend sa place, un autre enfant dessine l’ombre projetée au sol. On fait de même à 11 heures, à midi et ainsi de suite... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 15:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 28 novembre 2006

807 : Transe

Au musée, la douleur persista durant toute ma visite et atteignit son paroxysme au cours des quelques heures qui suivirent lorsque, de retour à l'hôtel, je m'affalai sur mon lit et restai là les yeux fixés au plafond, virtuellement paralysé par une transe marquée par une extrême souffrance. D'ordinaire en de pareils moments, toute lucidité désertait mon esprit, d'où le terme de transe. Je ne vois pas de mot plus pertinent pour qualifier cet état d'hébétude impuissante dans lequel la conscience faisait place à cette "angoisse... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:51:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 26 novembre 2006

806 : SITE - Endroit pour faire des vers.

Pas d’acheteur pour un daguerréotype contesté représentant Flaubert.Un daguerréotype inédit daté de 1846, «unique portrait de l’écrivain Gustave Flaubert jeune», selon le catalogue, et estimé entre 40.000 et 60.000 euros, n’a pas trouvé preneur, samedi 18 novembre, chez Artcurial. Des spécialistes de l’écrivain avaient émis des doutes quant à son authenticité, estimant que le sujet photographié n’était pas le jeune Flaubert (Le Monde du 31 octobre). Des musées américains et le Musée d’Orsay, qui avaient manifesté leur intérêt, ont... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 25 novembre 2006

805 : Lutte, mystère, attendre

Des couloirs jaunâtres s'enfoncent vers le coeur de l'hôpital. Près du monte-charge, trois vieilles femmes nues, recouvertes d'un drap, patientent sur des lits à roulettes. Elles soupçonnent  l'infirmier de les avoir oubliées. La plus fatiguée, déjà presque morte, avale de tout petits filets d'air et ses yeux fermés trahissent une lutte achevée. Les deux autres s'étonnent d'être ici depuis si longtemps en plein courant d'air, sans se rappeler exactement d'où elles viennent ni où elles vont. Mais ce n'est qu'un des mystères de la... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 09:08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 24 novembre 2006

804 : Fiel

Moyen de recouvrer la vue perdue par accident. - C'est d'exprimer dans les yeux la liqueur du fiel du poisson appelé barbeau. L'expérience en a été faite à Paris en l'année 1767, sur une femme dont les yeux étaient depuis six mois affligés d'ulcères et couverts d'une taie, qui la rendaient totalement aveugle. Ainsi pour avoir un remède contre cet accident, on doit se procurer le fiel de plusieurs poissons, en exprimer la liqueur dans une fiole, et en faire entrer avec le bout d'une plume dans les yeux : ce qu'on a pratiqué à l'égard... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:27:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 novembre 2006

803 : Déjà moi

Juste au bord, juste. Je vais bientôt ressembler à ces têtes marquées, pathétiques, qui me font horreur au salon de coiffure, quand je les vois renversées, avec leurs yeux clos, dans le bac à shampooing. Dans combien d'années. Au bord des rides qu'on ne peut plus cacher, des affaissements. Déjà moi ce visage. Annie Ernaux, La femme gelée. Editions Gallimard, 1981, p.184.
Posté par Sparadrap à 12:27:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 20 novembre 2006

802 : Eh oui ! Je suis francographe et francophone.

VENDREDI Briser la glace J'ai travaillé une bonne partie de la nuit. Mugissement du vent sous les fenêtres. Ségolène Royal l'emporte sur les autres candidats socialistes, «vivre intensément ces instants», dit-elle. Avant que ne se déchaînent les meutes. A vos marques... Texte sur le rôle de l'écrivain... éveilleur de conscience ? Je ne me fais aucune illusion sur le rôle de l'écrivain, surtout dans des sociétés comme la nôtre, où la littérature et plus généralement la culture, certes enjeux de pouvoirs, mais aussi phénomènes... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 15:05:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 18 novembre 2006

801 : Bègue, bogue, borgne

Borgne attentat des figues Comptées, pesées, palpées, jetées dans la cruche d’ombre et qu’un enfant transporte. Pont de mulet précis, dès qu’un coq allume la braise dans mon œil. je perds pouvoir, or j’étais poulpe, ouvrier sans les sabots dorés. Jacques Izoard, Bègue, bogue, borgne. Editions atelier de l’agneau. Format 14,5 / 21 cm - 24 pages - Collection Archives.
Posté par Sparadrap à 09:09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 17 novembre 2006

800 : Chat, casserole, peigne,

les pique de defence etoile de mer Drzwi 789 philippe sollers logique de la fiction ton sperme éclabousse nudist mouches venimeuses Nietzsche les signes quand on se gratte les yeux "j'achète tout au Printemps" rétines et pupilles les garçons ont les... fortune bertrand lavier video casting mia moore fille baiser a la sorti de la defense jambes des passantes andré laude sperme sur le visage "schopenhauer marx et moi" "vieux balancier" théâtre pénis... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:32:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :