dimanche 10 juin 2007

923 : Sodome est un symbole civilisateur

Ils passèrent enlacés dans un corridor : - Que signifie, demanda Mony, cette phrase que m’a dite le portier : « Le général est en train de tremper sa mouillette dans son œuf à la coque » ? -  Regarde, répondit Hélène, et par une porte entrouverte qui laissait voir dans le cabinet de travail du général, Mony aperçut son chef debout et en train d’enculer un petit garçon charmant. Ses cheveux châtains bouclés lui retombaient sur les épaules. Ses yeux bleus et angéliques contenaient l’innocence des éphèbes que les dieux font... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 15:04:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 juin 2007

922 : C'est l'amour qui est aveugle

Il n'y a pas que la misère, il y a le handicap. Je sors du métro, et qui se dirige vers moi sur le trottoir ? Non pas un, mais deux aveugles. J'ai déjà croisé deux aveugles. Souvent, l'un tient le bras de l'autre qui teste le bitume du bout de sa canne. Là, c'est différent : les deux aveugles ­ un homme, une femme ­ se tiennent par la main, et ils se tiennent par la main comme vous et moi, pas parce qu'ils sont aveugles, mais parce qu'ils ont envie de se tenir la main. C'est parfaitement leur droit, mais c'est aussi là que ça se... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 23:16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 8 juin 2007

921 : Rire 3 jours

A l'instar de son grand-père, l'écrivain Johannes Freumbichler, qui indiquait toujours du bout de sa canne ce qu'il fallait regarder, Bernhard pointe par ce geste éditorial un territoire particulier dans son oeuvre. Ce mouvement de retour au paysage de l'enfance n'est chez lui ni unique ni nouveau. Il est le mouvement même de son écriture, le mur du monde contre lequel le langage se heurte et en même temps s'appuie pour avancer, sa butée imaginaire, son exigence éthique et esthétique. Domaine souillé par le "crime... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 5 juin 2007

920 : "So you were in a bad mood."

Eyes mark the shape of the city. Through the eyes of a high-flying night bird, we take in the scene from midair. In our broad sweep, the city looks like a single gigantic creature-or more like a single collective entity created by many intertwining organisms. Countless arteries stretch to the ends of its elusive body, circulating a continuous supply of fresh blood cells, sending out new data and collecting the old, sending out new consumables and collecting the old, sending out new contradictions and collecting the old. To the... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:55:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 4 juin 2007

919 : «Non/J'veux pas/Me calmer/Prendre un bain/J'veux un mec»

La tête à l'envers, les cheveux dans les yeux, les «Ouais», la façon de s'allonger sur scène, c'est Miss Pauly. «J'ai aussi des pulls troués et les ongles écaillés comme le personnage de ma chanson La Fille au Prisunic. D'ailleurs, j'ai toujours du vernis dans mon sac.» Elle a passé le bac en robe de mariée et longtemps porté des robes de combat japonais du début du siècle dernier. Le noir est son ami. «C'est pratique, c'est graphique et ça fait Addams Family.» Gilles Médioni Cinq raisons d'aimer Adrienne Pauly L'EXPRESS. du... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 mai 2007

918 : RDV

Un soir, on avait dîné au restaurant, et dès le premier regard, à travers la vitre, on avait commencé à se regarder dans les yeux au point de devoir le cacher par intermittence, pour en jouer plus longtemps. On se connaissait depuis environ un mois. Il me prenait la jambe sous la table, il me caressait la cheville. Il remontait sur les mollets. Donne-moi ta petite jambe. Il me fixait dans les yeux. Je le regardais sans dire un mot non plus. Je me sentais tellement bien quand il me regardait comme ça que je ne pouvais plus rien faire.... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 mai 2007

917 : temps libres

wiping his eyes before the lights come up- sad movie essuyant ses yeux avant que les lumières ne reviennent -- un film triste Bill Kenney New-York USA Tempslibres
Posté par Sparadrap à 12:04:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 24 mai 2007

916 : Camilla, Zustina, Sara...

Eh bien, Madame, je vois une jolie petite femme, le nez en l'air, qui me paraissait avoir envie de jaser. Je lui dis, pour commencer : Savez-vous, Madame, le nom de ce hibou épouvantable, qui est à cette table de jeu ? C'est mon mari, Monsieur, me dit-elle, en riant comme une folle. Vous vous doutez bien que voilà une connaissance bien faite et bien avancée.J'avais été à cette assemblée pour recommander un brave officier au ministre. Je les cours toutes, pour retrouver mon étrangère. Le hibou commence même à me faire des yeux aussi... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 11:57:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 mai 2007

915 : Djevelen holder lyset

« La bonne femme est rentrée. Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ?»Les yeux de Zipp brillaient dans le noir, délicatement, comme des flammes derrière une vitre couverte de buée. Mon meilleur et unique ami.Andreas réfléchit un peu. Puis il défit son foulard et le laissa glisser entre ses mains.« Merde ! Tu veux l'étrangler ?»Zipp était livide. Au même instant, ils virent une lumière s'allumer à l'intérieur de la maison. Une lueur faiblarde tomba depuis la fenêtre dans l'herbe. « Tu crois vraiment que je suis complétement idiot ?» ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 11:35:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 mai 2007

914 : Feuilleton

Le soir, Borloo intervient en vedette américaine sur Canal +. Sarkozy lui a cédé sa place. Le ministre joue à merveille le rôle du type simple et sincère, dont la pensée a mûri : « J’ai besoin de croire aux choses… Je voulais porter mon projet. » Il tient son livre à la main. Qu’est-ce que vous avez négocié ? demande terre à terre Jean-Michel Aphatie, comme s’il s’adressait à un gangster. Borloo lève les yeux au ciel : « Vous savez, la pudeur, ça peut exister quand des garçons se parlent entre eux. » On dirait une réplique de Michel... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]