jeudi 28 janvier 2010

1326 : Ça monte

Couché sur le ventre, la tête tournée vers le mur, les yeux fermés... Tendre le bras, ouvrir la main, trouver son sexe endormi, chaud, tendre... Replier les doigts. Alina Reyes, La chasse amoureuse. Editions Robert Laffont, 2004, p.229.
Posté par Sparadrap à 15:11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 27 janvier 2010

1325 : Flac !

Sur quoi, incapable (comme toujours !) de supporter la frustration - la privation et la déception - je tends la main, je l'empoigne et FLAC !Mais alors droit dans l'oeil. Une seule saccade éclair de la main du maître, et j'envoie la fumée. Je vous le demande, qui me branle aussi bien que je le fais moi-même ? Seulement, étendu comme je le suis, le jet me part du zob à l'horizontale, vole sur toute la longueur de mon torse, et avec un plaf crémeux, cuisant, m'atterrit dans l'oeil.« Saleté de youpin ! », glapit Bubble. « T'as flanqué du... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:36:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 26 janvier 2010

1324 : Le myope au gratin

Le myope ressemble au presbyte, seulement il a les yeux plus grands et une raie au milieu. Ses lunettes doivent être enlevées afin qu'il tombe dans le gratin. Il se prépare comme le cabillaud.Roland Topor, Le dictionnaire. Editions Alternatives, 1995, p.60.
Posté par Sparadrap à 13:57:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 25 janvier 2010

1233 : Maman

Maman est toujours fraîche et jolie, avec son teint clair, ses yeux verts, ses foulards, ses cheveux châtains et longs toujours bien tirés et ramenés en chignon sur le sommet de sa tête (avec la résille fine comme une toile d'araignée, et les épingles noires enfoncées dans la chevelure), son rouge à lèvres un peu orangé pour seul maquillage, ses escarpins à talons aiguille et ses robes taillés juste au-dessous du genou. Alina Reyes, Le chien qui voulait me manger. Editions Gallimard, 1996, p.30.
Posté par Sparadrap à 12:55:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 24 janvier 2010

1322 : 1 sur 5 000 000

Le FIGARO.- Vous avez annoncé le mois dernier que vous souffriez d'un cancer à l'œil. Comment vous portez-vous ? Philippe de VILLIERS. - J'ai été opéré juste avant Noël d'un cancer de la choroïde à l'Institut Curie à Paris. C'est une maladie très rare qui ne frappe qu'une personne sur cinq millions dans notre pays. J'ai subi une protonthérapie intensive. Je suis en phase de convalescence. J'ai observé une règle simple : ne jamais se laisser gagner par le doute mais, dans le face à face avec le cancer, le toiser. La parole d'un... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 21:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 23 janvier 2010

1321 : Enfermée pendant huit jours sans MSN

Une adolescente de 16 ans risque de perdre un oeil pour avoir chatté sur MSN. Surprise sur son ordinateur en décembre, elle a été battue et enfermée, chez elle, dans la cité des Raguenets à Saint-Gratien (Val d'oise). Avec l’assentiment des parents, musulmans rigoureux, ses deux frères auraient corrigé la victime. Les quatre mis en cause auraient tenu un conseil de famille pour éviter les répercussions judiciaires. Le Parisien 23/01/2010.
Posté par Sparadrap à 22:09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 janvier 2010

1320 : Et après ça

Les larmes aux yeux. La première fois que Marie-Dominique Lelièvre a assisté à un défilé d’ Yves Saint Laurent, elle a ressenti une forte émotion. Elle dit : c’est la chanson de Léo Ferré sur "la beauté, c’est les larmes", c’est les yeux grands ouverts de l’enfance sur le merveilleux, c’est le féerique se sachant friable. C’est le temps qui détricote la poésie des choses. Yves Saint Laurent a donné et donné à son métier. Et après ça, plus beaucoup de forces. C’est le pire des cocktails. Une vie ascétique et excessive. ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 17 janvier 2010

1319 : Je m'appelle Jérémie

Il se dit, ses yeux c'est Matisse, son ventre Miro, ses mains Picasso, sa bouche Monet, ses seins Wateau, ses cuisses Vinci, ses épaules Bonnard, ses cuisses Renoir, ses mots Michaux, son silence Courbet, sa joie Fragonard. C'est le plus beau musée du monde, un musée de la vie et de l'éblouissement, un musée qui ouvre sur l'Instant et sa Courbe. Alors elle s'allonge sur le transat et elle ferme les yeux, et je continue à parler en ayant l'impression de la bercer ou de lui raconter une histoire pour l'aider à s'endormir. Au bout... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 22:57:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 12 janvier 2010

1318 : Puce

Sylvie Giraud signale deux occurrences de la couleur puce dans les Carnets de voyage de Flaubert:Carnet n°7, f°35 : « le chef des cérémonies gros bonhomme en robe puce ressemblant un peu à Soliman Pacha » (jeudi 14 novembre 1850, Constantinople).Carnet n°10, f°3v°: « une femme de chambre sylphide avec un oeil à demi clos a été dans l'Inde, chapeau de soie puce, éreinté » (18 avril 1858, sur le bateau qui le mène en terre maghrébine).On ne sait toujours pas si Flaubert a utilisé cette couleur pour désigner l’un ou l’autre de ses... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:31:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 11 janvier 2010

1317 : « le Mythe »

Saluons ce paradoxe. Le pays où l'image est reine a produit trois légendaires maîtres du langage, acquis à l'invisible : J. D. Salinger, Thomas Pynchon et, un peu plus loin dans le temps, Emily Dickinson, née en 1830 à Amherst, Massachusetts. A quoi ressemblait celle qui prétendait n'être personne et refusait l'horreur d'être quelqu'un ? Face aux 1 789 poèmes parvenus jusqu'à nous, un seul daguerréotype, de 1847. Coiffure chaste, insondable profondeur du regard aiguisant l'éclat laiteux d'un teint de couventine. Le visage de ses 17... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,