vendredi 26 novembre 2004

26 : Saül

Où a-t-il donc observé cet oeil tragique, désespéré du Saül ? Quand a-t-il vu le fils prodigue s'écrouler aux pieds du vieillard ? Quel infini de détresse dans ce dos pitoyable, quel abandon dans ce geste de tout petit qui retrouve la chaleur paternelle ! ( Louis Hourticq : Hollande. Librairie Hachette, Paris 1932 )
Posté par Sparadrap à 19:51:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 26 novembre 2004

25 : Se déshabille derrière un paravent.

... A beaucoup servi, mais difficile d'accès, par point d'honneur. Rides discrètes, oeil embué, souffrances retenues, etc. (suite dans la collection Harlequin). ... Naples appelle l'oeil flâneur du photographe;Venise, celui, appliqué, du peintre. Pourquoi ? Le premier lieu est un chaos de traces, le second une harmonie de traits. Le brut se trouve, ou se manque, à jamais; le fini se retrouve, se rattrape par petites touches. (Régis Debray: Contre Venise. éd Folio 1997.p.32)
Posté par Sparadrap à 17:17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 26 novembre 2004

24 : Ca vit combien de temps une moule ?

Elle n'est pas belle, trop petite, mais son joli teint vernissé - je n'ai pas encore démêlé ses origines -, et ses yeux noirs luisants, font néanmoins vibrer ma corde sensible. Il faut dire aussi que je suis sevré de coït depuis trois jours, la faute aux ponts à répétition qui ont éloigné de Paris mes copines. Sa petite voix, son petit rire à chacune de mes saillies, contribuent aussi à me mettre en train ; en réveillant mon fantasme de grand méchant loup aux trousses du petit chaperon rouge. Conversation en tête à tête dans un... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 26 novembre 2004

23 : Par curiosité

...Marguerite jeta un coup d'oeil à l'une des fenêtres. C'était une cuisine. Deux réchauds à pétrole y ronflaient, devant lesquels deux femmes, cuiller en main, se querellaient aigrement. .... Plissant les yeux, Marguerite examina cette inscription en essayant de deviner ce que pouvait bien signifier ce mot : Dramlit. Prenant son balai sous son bras, Marguerite poussa l'une des portes dont le battant heurta le portier stupéfait, et aperçut près de l'ascenseur, sur le mur, un grand tableau noir où étaient inscrits en lettres... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 11:29:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 25 novembre 2004

22 : Drapeaux Oranges

Les manifestants brandissaient des drapeaux oranges sous l'oeil de centaines de policiers portant eux aussi des rubans oranges.    ( Iouchtchenko appelle à la grève générale. La Croix, Agence France Presse.24/11/2004 )
Posté par Sparadrap à 21:53:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 25 novembre 2004

21 : Fermons les yeux sur leurs baisers

La sexualité des ados, c'est leur secret et ils n'ont pas à le partager. Par pitié, qu'on n'en parle pas! Avec le printemps, les ados amoureux se bécotent en public un peu partout. Ils nous gênent par leur impudeur et leur liberté, nous l'acceptons cependant parce que nous savons que c'est un temps qui ne dure pas. Si deux vieux s'embrassent en public, nous portons plainte! Nous assistons parfois à un retour d'adolescence chez les vieux. Il n'y a qu'à observer un car rempli de veuves dans lequel a pris place un veuf: elles... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 21:03:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 novembre 2004

20 : A tout casser...

Autre objet d'un courroux total sous les robes à revers: les confrontations organisées dans le bureau de Fabrice Burgaud. « Elles ont été menées en dépit du bon sens», tonne Blandine Lejeune, avocate de Dominique, le prêtre-ouvrier si connu à Outreau. « Jamais nous n'avons pu obtenir une confrontation à deux, les yeux dans les yeux, avec la principale accusatrice, ni avec les enfants. C'était pourtant le moyen le plus simple pour un entretien véritable et équitable.» …Même indignation chez Julien Delarue, qui a exhibé une... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 20:25:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 25 novembre 2004

19 : Jeune fille en fleur dans un bar à putes

Jamais plus ils ne seront jeunes et beaux. Jamais plus elle ne sera cette jeune fille en fleur, blonde à en cligner des yeux ... Lui est brun, grisonnant, et il est à la croisée des chemins. Les retrouvailles ont lieu à Marseille, dans un bar à putes. On sent que ça va mal finir mais on continue à lire. L'affirmation selon laquelle l'humour est la politesse du désespoir semble avoir été écrite pour Jaenada (ou par lui). Entre parenthèses... « Vie et mort de la jeune fille blonde », de Philippe Jaenada (Grasset, 288 pages, 17 e)... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 19:29:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 25 novembre 2004

18 :

 L'HISTOIRE DE L'OEIL  ( http://www.20six.fr/eye2 ) ou ( http://www.20six.co.uk/eye )
Posté par Sparadrap à 18:56:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 25 novembre 2004

17 : Pierre bonjour,

Cinéaste belge, j'ai ouvert un blog il y a un an qui raconte la vie de Lou, mon fils aveugle de naissance. Loin d'être misérabiliste, il s'agit d'une démarche sur la vie, l'amour, l'éducation.je serai heureux de partager votre point de vue à ce propos.Le blog est divisé en 2 : le point de vue de Lou (par moi-même - il n'a que six ans), et mon point de vue de père et de cinéaste face à la cécité. Bien à vous.Luc BolandPS: je vous lis fréquemment. ( Sur le Blog de Pierre Assouline/Le Monde. Rédigé par : Luc Boland , novembre 25,... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:03:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]