mercredi 22 février 2006

623 : Un Pistolet Desperados

L'homme avait un visage bouffi et rouge, avec des poches sous les yeux. Il étudia longuement le menu de ses petits yeux aqueux. Le menu était relié de peau de serpent or-vert, avec des lettres d'émeraude : * Carte des Vins du Restaurant AUX DEUX DESPERADOS Vins d'importation Malaga à la Orpheus Oeil d'Eurydice  Rêve de desperados Marasquin magnolien Glutteus aeburnea à la Léontine Ambroisie satirique Gelosia vecchia al Umberto Brandevin à la Mansarde ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 février 2006

622 : On dirait que le mot va vous cuire la langue

- M.Ouine se moque bien des femmes, s'écria-t-il, de n'importe quelle femme ! Et des hommes, madame Marchal, il ne s'en soucie pas davantage. Mais vous ne pouvez pas le juger, vous ne pouvez même pas le comprendre ! - Bah ! bah ! Voyez-vous le petit coq ! De n'importe quelle femme, vous dites ? Apprenez, mon garçon, que je connais un peu mieux que vous le dessous des familles. Le plus malin n'est pas exempt de faire des bêtises pour une femme, et pas toujours pour une belle femme, au contraire. - Les femmes...... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 février 2006

621 : 4 cons et des mouches

c'est 1 drame imbécile à quatre personnages JFIl me dit la fille est partie je sais pas quoi faire Il me dit j’ai peur Je réponds ha bon en fait je m’en fous je le lui dis pas je dis pas ça je redis ha bon mais je n’ai pas écouté ce qu’il me dit Il me dit viens me voir je dis j’ai pas le tempsFrankJe suis dans ma chambre J’échappe aux pleurs des autres Ce bruit permanent me rend fou Je me vautre sur le lit Je m’ennuie En bas ils ont quelque chose à faire Pleurer ça occupe Moi je n’ai pas envie de pleurer mon frère Je n’ai pas envie... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:52:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 18 février 2006

620 : Cet homme tient toujours à la vie

Tu te souviens, dimanche, de cette femme qui me faisait de l’œil à Barm-Delak ?  - Quelle curieuse coïncidence, remarqua Warner, la dernière femme de Simouyeh s'appelait aussi Khorshid. - Je pensais, reprit Gorst, que vous plaisantiez, mais je vois maintenant que ces fariboles vous occupent singulièrement l'esprit. Croyez-vous vraiment que la momie va ressusciter et se mette à nous raconter sa vie dans l'autre monde? Ca ferait un drôle de roman ! Votre bonhomme serait rudement en avance sur le jour du Jugement ! Commençons... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 08:08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 février 2006

619 : Point Virgule

« Ce serait un bien bel homme s'il n'était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais un teint africain ; des yeux vifs, pleins d'esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l'inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l'air féroce, plus facile à être mis en colère qu'en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. Il a une manière de dire les choses qui tient de l'Arlequin balourd et du Figaro, ce qui le rend très plaisant. Il n'y a que les choses qu'il prétend savoir qu'il ne sait pas : les règles de la danse,... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:50:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 14 février 2006

618 : Saint Valentin (patron des épileptiques)

J'étais toujours resté à la même place : elle revint m'y chercher, et m'excita à parler sur différents sujets. L'air sombre avec lequel je lui répondais, et le soin que je prenais d'éviter ses yeux, furent pour elle une assurance de plus que je ne l'avais pas trompée: mais quelque chose qu'elle en pût croire, elle voulait établir son empire, et tourmenter mon coeur avant de le rendre heureux. Claude Crébillon (fils) : Les égarements du coeur et de l'esprit. Folio n°891, 1985, p.67.
Posté par Sparadrap à 15:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 février 2006

617 : "Je ne sais si je lis bien, mais je lis partout la nullité de ce gouvernement"

Ouvrez les yeux, et vous verrez qu'elle ne vit pas. Quel appareil immense! quelle multiplicité de ressorts et de rouages! quel fracas de pièces qui se heurtent! quelle énorme quantité d'hommes employés à réparer les dommages! Tout annonce que la nature n'est pour rien dans ces mouvements; car le premier caractère de ses créations, c'est la puissance jointe à l'économie des moyens: tout étant à sa place, il n'y a point de secousses, point d'ondulations; tous les frottements étant doux, il n'y a point de bruit, et ce silence est... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 08:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 11 février 2006

616 : Je crée mon site Web

Quelles sont mes obligations ? Dois-je le déclarer à la Cnil ? Puis-je diffuser des informations sur des tiers ? Jusqu'à présent, les sites Web personnels (dont les blogs) recueillant ou diffusant des données à caractère personnel (nom, photo, e-mail...) devaient être déclarés à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). Dans un souci de simplification des formalités, ils en sont désormais dispensés (délibération du 22 novembre 2005), sauf si le site est exploité dans le cadre d'une activité... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 10 février 2006

615 : L'automobile, la photographie et les mots ont des trompettes cachées

En préambule à l'expo, cette photo panoramique où l'on vous voit simultanément dix fois, arborant un livre différent. La photo appelle le livre ? J'ai fait une école d'art à Los Angeles pour devenir un artiste commercial, peut-être un peintre d'enseignes. A l'école, je me suis retrouvé dans une classe de photo, et je me suis aperçu que la photo fonctionnait bien avec les objets. Je travaillais aussi pour un imprimeur à Los Angeles, qui m'a appris la typo à l'ancienne. Je prenais conscience de l'étrange beauté de ces procédés... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 23:57:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 9 février 2006

614 : "Je t'aime Phénix !"

Ciel sidéral, dé-sidère-nous, priai-je. Libère notre désir, laisse-le aller vers sa fin. Vois, je ne suis pas de pierre, je suis vivante et chaude et sensible, je veux danser avec mon corps et faire danser le sien, je veux aimer, laisse-moi aller vers mon amant et l'aimer ! Je glissai mes mains entre mes cuisses et longuement bus à ma soif, bouche ouverte sous les constellations qui affluaient vers moi - et tu me regardais, en scintillant doucement de tes milliers d'yeux. Alina Reyes : La chasse amoureuse. Editions Robert Laffont,... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]