samedi 4 février 2006

610 : Age

Je dors et je ne dors pas, la nuit est devenue un fleuve impalpable, je suis dans les yeux de la nature, je vois avec son rytme, dans un demi-rêve éveillé. C'est une immense tapisserie vivante aussitôt détruite, recomposée, brûlée. Des ciels défilent et se transforment, bleus, blancs, gris, rouges, enflammés, de vrais chefs-d'oeuvre de la peinture en direct. Arbres et feuillages, plages, prés, marées. Je suis en visite dans mon passé, j'ai trouvé la bonne navette pour ce voyage, la capsule qui fonce sur cette planète oubliée. Je me... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 08:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 3 février 2006

609 : Et si la substance féminine en tant que telle était du même ordre que la nature, que les fleurs, les arbres, l'eau...

...Elle était belle à voir. Elle avait sa robe bouton d'or, grand décolleté avec tous ses avantages en montre. Son haleine toujours parfumée au girofle quand elle se penchait au théâtre pour poser une question. Je lui racontais ce que dit Spinoza dans le livre du pauvre papa. Hypnotisée, écoutant. Avec des yeux grands comme ça. Elle se penchait. Un particulier au balcon, qui lorgnait son corsage tant qu'il pouvait. La beauté de la musique il faut deux fois pour la comprendre, la femme et la nature c'est en un clin d'oeil. Dieu a fait... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 08:08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 2 février 2006

608 : Penser c’est avoir mal aux yeux

Mon regard est net comme un tournesol.J’ai l’habitude d’aller par les chemins,jetant les yeux de droite et de gauche,mais en arrière aussi de temps en temps…Et ce que je vois à chaque instantest-ce que jamais auparavant je n’avais vu,de quoi j’ai conscience parfaitement.Je sais éprouver l’ébahissementde l’enfant qui, dès sa naissance,s’aviserait qu’il est né vraiment…Je me sens né à chaque instantà l’éternelle nouveauté du Monde…Je crois au monde comme à une pâquerette,parce que je le vois. Mais je ne pense pas à luiparce que penser... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:30:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 février 2006

607 : Roman O

Cher monsieur Opalka, Demain, je serais à Tour, comme l’année dernière par un jour d’hiver où une photo de votre visage était tendue en grand sur la façade de l’Hôtel de ville et  nous avait invité à venir voir une exposition de votre œuvre. Nous n’étions pas là pour cette exposition, nous étions là pour voir un monstre, dressé par Xavier Veilhant au milieu de la ville, mais mon mari qui connaissait votre travail m’a dit, avec ce ton sérieux qu’il a pour parler des choses qui comptent: cela vaut le coup d’aller jeter... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:41:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 31 janvier 2006

606 : L'oeil de l'assistante de la banane atomique

Hier j'ai fait souffrir A., l'assistante du metteur en scène de la banane atomique en filmant son oeil bleu pour la vidéo sur la violence. Flashes, lumières colorées, gouttes, lames de ciseaux, laser... On lui aura tout fait. En macro. Et en plus, elle a trouvé ça drôle. Mais samedi, alors que j'étais au bureau à 8h 30, Chronopost a oublié de livrer les vidéos de guerre. Comme je n'ai pas non plus, ni la zique de Cerrone, ni la zique de Luigee, je suis totalement en panne au montage. Pas grave. Je monte les vidéos du casting de la... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:30:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 30 janvier 2006

605 : l’effroyable motif ignescent

   Une assertion de saint Jean suivant laquelle Pilate, après la crucifiement de Jésus, aurait, pendant toute sa vie, enduré un tourment terrible, sans pouvoir goûter les bienfaits de l’ombre apaisante et soporifère.    Selon l’évangéliste, Pilate, quand tombait le soir, sentait sur son front une affreuse cuisson, qui, empirant à mesure que s’évanouissait la lumière, provenait d’un signe phosphorescent représentant le Christ en croix entre la Vierge et Madeleine agenouillées auprès de lui. L’éclat des contours... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:35:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 janvier 2006

604 : "OUI, L'ÉROS VEUT NOUS ÉLEVER EN EXTASE VERS LE DIVIN"

...Le pape réfute les thèses de deux philosophes – deux Allemands comme lui – qui ont nourri l'antichristianisme moderne et sont à l'origine de la crise de la foi : Nietzsche (1844-1900) qui, dans Par-delà le bien et le mal, reprochait au christianisme d'avoir "empoisonné l'éros". Et Marx (1818-1883) qui mettait en cause la "charité" de l'Eglise historiquement coupable, à ses yeux, d'avoir "soustrait les riches à leur devoir de justice et laissé leur conscience en paix". Le pape dément avec fermeté,... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 08:13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 28 janvier 2006

603 : Fox

   Fox mordit dans le sac, parvint à le déchirer d’un coup de dent. Mais il s’essoufflait, et il le coiffèrent alors d’un second sac, que son haleine embua instantanément. D’un autre sac encore… D’un autre… Il suffoquait, les yeux révulsés. Il eut un ultime spasme, si violent que le ceinturon céda. Un peu de bave rose coula de ses lèvres, le menton s’affaissa… il avait cessé de vivre.    Bleu, les yeux vitreux, sous cet amas de matière plastique transparente on aurait cru quelque monstrueux mort-né, encore... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 10:10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 janvier 2006

602 : Et bon cycliste

Pour le cinquantième anniversaire de la mort de Léon Werth (1878-1955), les éditions Viviane Hamy publient une biographie et plusieurs ouvrages de ce libertaire passé par les tranchées, journaliste, romancier, critique d'art, amateur de tango. Et bon cycliste. De Léon Werth : « Clavel chez les Majors », 300 pages, 18 euros ; « Clavel Soldat », 380 pages, 10,50 euros ; « La Maison Blanche », 176 pages, 7,5 euros ; « 33 jours », 160 pages, 7,50 euros. Parution mercredi 11 janvier. « Avec ses yeux doux et féroces, Léon... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 26 janvier 2006

601 : il me reste le plaisir de vivre

Des draps de salive. Mon royaume ( ! ) pour un verre d’eau. Tous ces gens qui viennent me voir, c’est comme s’ils figuraient sur un écran, de l’autre côté d’une vitre. Ils se parlent entre eux, certains se retrouvent, pas vus depuis des années, venez donc manger un de ces jours. Ils parlent. Ce qu’ils disent n’a pas plus d’intérêt que d’habitude. Mais c’est leur voix qui me fascine. Vive voix. … les mots montent jusqu’à mes lèvres sans pouvoir en franchir l’ourlet elles restent en tremblement ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 07:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :