mercredi 25 janvier 2006

600 : Philippe Sollers, Qui suis-je ?

Qui est vraiment cet homme qui a écrit ce livre-ci, Une vie divine ? Pas Nietzsche, de toute évidence, bien que dans le livre les images du dieu-dionysos et la sienne se superposent, se brouillent, puis s’éclairent l’une l’autre. Qui, alors ? Le plus simple est que Jacques Henric lui pose la question. De Philippe Sollers, les éditions Cécile Defaut (Nantes) publient un ensemble de textes parus en revue et inédits en volume, Logique de la fiction. * Auteur : Jacques Henric - ... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 21:21:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 24 janvier 2006

599 : Égosolisme théorique

…...........  Karel Havlicek- Borovsky , en passant une fois de plus, a été le seul naturel tant soit peu scélérat, la scélératesse étant le présupposé de la virilité et de la liberté d’esprit, - ce pourquoi je ne donnerais pas quatre sous de toute la littérature tchèque, - ce ramassis de gentils enfantelets, de quoi faire dégueuler un chien ! Donc : de la crétinerie politique, qui ne voit pas le ridicule puérilisme des « purges », leur vanité a priori et leur nuisibilité ; le peuple pourrit – quelles puissantes forces venues du... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 23 janvier 2006

598 : Le cheval était de bonne humeur

Sexe  Masculin Nom   Néant Numéro de code  M-73F Age  32 ans Taille  1,76 m Poids  59 kg     En apparence, maigre constitution, mais musclé. En raison d'une myopie moyenne des deux yeux, port de lentilles de contact. Cheveux légèrement bouclés. A la commissure gauche des lèvres, cicatrice à peine visible (séquelle d'une rixe d'étudiants, semble-t-il, quoique le sujet possède un caractère particulièrement doux). Fume moins de dix cigarettes par jour. Doué pour le... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 14:28:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 22 janvier 2006

597 : " voir ce qu'il a de cieux dans les ciels "

ENVOI    J'aime que ciel ait deux pluriels:    ciels - ciels bas et blancs, ciels venteux, ciels gris, vastes ciels bleus fuyant au-dessus de la terre et courbant les blés sous l'ombre portée des nuages, ciels d'orage déchirés d'éclairs, grands ciels clairs des soirs d'été en Ombrie, listel d'or tiré entre la mer et l'infini, ténèbres roses de l'aube sur le Mont-Rose, brumes légères du crépuscules, spacieuse immensité silencieuse où le regard se perd -,    cieux -... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:52:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 21 janvier 2006

596 : « C'est être libertin que d'avoir de bons yeux.»

La plus belle définition du mot « libertin » se trouve dans Littré (1872) : «Terme de fauconnerie, se dit de l'oiseau de proie qui s'écarte et ne revient pas.» La notion d'écart est ici centrale : elle suppose une règle et une contradiction à cette règle, aussi bien chez l'écolier par rapport à son maître, à la fille par rapport à sa mère, au fils par rapport à son père, à la femme par rapport à son mari, au moine par rapport à son couvent, etc. «Cela se dit d'une personne qui hait la gêne et la contrainte, qui suit son inclination et... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:12:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 20 janvier 2006

595 : Clin d'oeil au sarcophage du jardin

Suis-je clair ? L'oeil ne voit qu'une partie de la lumière  (laquelle met huit minutes pour nous parvenir de cette étoile secondaire : le Soleil). Il ne perçoit pas, notre oeil, les rayons X, gamma, infrarouges, ultraviolets, radio. Quelqu'un qui verrait les ondes radio baignerait dans une brillance permanente. Il n'y aurait plus, pour lui, ni jour ni nuit. Si vous voulez étudier le coeur du Soleil et ses neutrinos impalpables, il faut vous enfoncer sous terre et sous l'eau, à l'abri des rayons cosmiques. Patience, longueur de... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 15:15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 20 janvier 2006

594 : Saisissantes trouvailles

Imtaz s’immobilisa soudain, enfonça ses mains dans les poches de sa robe de chambre, lança un clin d’œil au miroir, puis demanda : -         Puis-je savoir pourquoi ? -         Je n’ai rien étudié à l’étranger, déclara Teymour. Mon diplôme est un faux que j’ai acheté avant de m’embarquer pour revenir ici ? Il le fallait, pour mon père. -         Je comprends, fit Imtaz. Mais je ne crois pas que tu devrais te faire des soucis à propos... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 12:28:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 19 janvier 2006

593 : Paon, reptile, merde...

LETTRE A FRANCOIS BOTTResponsable des pages littéraires du Monde(4 février 1991) Le 4 février 1991 Monsieur François Bott, Depuis quelque temps, et avec une insistance désobligeante, je constate que mon nom revient dans les colonnes de votre supplément dit "littéraire", en particulier sous la signature d'un certain Philippe Sollers. Il y a trente ans que nous avons dénoncé les manoeuvres de cet arriviste, qui s' épuise en contorsions intellectuelles à vouloir prouver à trois ou quatre imbéciles qu'il est un... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 15:49:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
jeudi 19 janvier 2006

592 : Ni Bonjour Ni Bonsoir

Sur un air grec. Νή χαλιμέρα , νη ώραχαλή. Mais le soir vermeil ressemble à l'aurore,Et la nuit plus tard amène l'oubli ! Νή χαλιμέρα , νη ώραχαλή. Le matin n'est plus ! le soir pas encore :Pourtant de nos yeux l'éclair a pâli. Gérard DE NERVAL, Petits châteaux de Bohème (1853) http://www2.wheatonma.edu/Academic/AcademicDept/French/ViveVoix/Home.html
Posté par Sparadrap à 13:48:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 18 janvier 2006

591 : " On y va ? "

Il ne lit pas les auteurs contemporains. "C'est n'importe quoi !" Il n'écrit plus non plus. "L'arthrose..." Mais il continue à remplir des carnets. Joëlle Losfeld, qui a fait reparaître chacun de ses livres, vient de les rassembler en deux tomes. Après le prix de la Francophonie de l'Académie en 1990 et le prix Méditerranée en 2000, la Société des gens de lettres vient de lui décerner, le 1er décembre, le grand prix Poncetton pour l'ensemble de son oeuvre. "Il était temps", dit-il narquois. Cossery... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:45:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]