« J’ai une maladie : je vois le langage. Ce que je devrais simplement écouter, une drôle de pulsion, perverse en ce que le désir s’y trompe d’objet, me le révèle comme une « vision », analogue (toutes proportions gardées !) à celle que Scipion eut en songe des sphères musicales du monde. À la scène primitive, où j’écoute sans voir, succède une scène perverse, où j’imagine voir ce que j’écoute. L’écoute dérive en scopie : du langage, je me sens visionnaire et voyeur. »(« Je vois le langage », Roland Barthes, p. 141) 

 

 

« Vous êtes le seul à ne jamais vous voir qu’en image, vous ne voyez jamais vos yeux, sinon abêtis par le regard qu’ils posent sur le miroir ou sur l’objectif (il m’intéresserait seulement de voir mes yeux quand ils te regardent) : même et surtout pour votre corps, vous êtes condamné à l’imaginaire. » (RB, p. 42