Malaparte est un écrivain majeur, toujours lu mais un peu oublié. Il y eut une lente redécouverte avec le brillant Pour Malaparte, de Bruno Tessarech. Milan Kundera, dans Une rencontre, salue à propos de Kaputt «la beauté qui délire» et évoque «la poésie de l’invraisemblable» des surréalistes. Certaines des scènes de ses romans sont devenues des mythes, comme celle montrant Ante Pavelitch, le chef des oustachis croates, recevant dans un panier «vingt kilos d’yeux» arrachés à ses ennemis serbes. Tout est inventé et, en fait, il s’agissait d’huîtres, comme le raconta le compagnon de voyage de Malaparte.

Marc Semo, Libération 03/03/2011