jeudi 31 décembre 2009

1309 : El meyeur pour la fin

Quand je suis fatiguée, je peux danser en restant dans mon fauteuil. Je me contente de cligner des yeux. Mauricette, mardi 29 décembre 2009.
Posté par Sparadrap à 17:09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 30 décembre 2009

1308 : Sang-froid

Ne perdez pas votre sang-froid sans quoi votre nez va devenir aussi rouge que vos yeux. Francis Scott Fitzgerald, Carnets.Editions Fayard, 2002, p.396.
Posté par Sparadrap à 17:22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 25 décembre 2009

1307 : Prime

La façon la plus simple de se faire une réputation est de sortir du rang, de hurler partout pendant quelques années comme un violent athée ou un dangereux radical, et puis de ramper de nouveau vers son abri.Le veau gras est tué pour Spargo, Papini, Chesterton et Henry Arthur Jones. Il y a une prime provisoire plus importante accordée quand vous perdez les pédales à ce sujet plus qu'aucun autre. Francis Scott Fitzgerald, Carnets.Editions Fayard, 2002, p.258.
Posté par Sparadrap à 17:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 21 décembre 2009

1306 : Le 21 février 1944

Ils sont là. Cloarec, Alfonso, Ramjan, Salvadori et les autres. Mains attachées aux poteaux, yeux bandés, au pied d'une falaise boisée, face à leurs bourreaux. Ils viennent d'être exécutés ou vont l'être d'un instant à l'autre. Bastien Hugues. Le Figaro 11/12/2009
Posté par Sparadrap à 19:06:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 20 décembre 2009

1305 : Joie

Elle a une bouche bien dessinée, un peu charnue, et qu'il va embrasser. Et son regard à elle se fait plus chaleureux, s'embellit, l'étonnement pointe dans ses yeux. Puis ils s'embrassent. Un soupçon d'incrédulité, un soupir de surprise monte de leur gorge. Et leurs mains qui se palpent, qui jouent, qui enjôlent, qui se flattent, jusqu'à ce qu'ils s'agrippent et se serrent, et puis leurs corps se pressent l'un contre l'autre pour la première fois, et l'étonnement dans leurs traits se lève comme une lune ou un soleil. Ils s'étonnent de... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:44:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 19 décembre 2009

1304 : Bousillé

Vision de l'oeil droit bousillée; difficile de lire. (p.558.) Autrefois on me disait : « Vous avez de beaux yeux » ou « T'as une belle bite »; maintenant des infirmiers me disent « Vous avez de belles veines.» La paupière est la première chose qui vieillit; on l'ignore parce qu'on se regarde l'oeil ouvert. (p.435) Hervé Guibert, Le mausolée des amants (Journal 1976-1991). Editions Folio n°3827, 2003,
Posté par Sparadrap à 16:24:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 18 décembre 2009

1303 : Complications ultérieures

L'affaire alimentait les potins du tout Hollywood... Melanie Griffith vue avec un oeil au beurre noir, qu'elle tentait de cacher derrière de grands verres fumés... Etait-ce dû à son mari, Antonio Banderas ? Ou peut être à de nouveaux abus de ces produits à laquelle l'actrice est habituée ? Coupant court aux rumeurs, Robin Baum, la porte-parole de la star, a indiqué jeudi que la marque noire résultait d'une intervention chirurgicale sur un cancer de la peau. L'intervention chirurgicale visait à opérer précocement une petite tumeur... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:31:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 2 décembre 2009

1302 : Bilan

Lors du bilan de fin d'année, le directeur réunissait-il son personnel pour un vibrant discours d'entreprise sur les bénéfices engrangés ? Regardant les employés du cabaret, il clamait : « grâce aux efforts de tous, des artistes aux ouvreuses, en passant par le durcisseur de tétons... (là, les regards de tous se posaient sur l'homme minuscule, rouage un instant démonté et considéré, qui baissaient les yeux, rougissant) » Balmeyer vendredi 25 septembre 2009 
Posté par Sparadrap à 17:34:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mardi 1 décembre 2009

1301: Plus personne

Dans ce train qui roulait sous les poissons, personne n’a mis sa main dans mon caleçon sous les yeux effarés des voyageurs. A Saint-Pancras, personne ne m’a poussé jusqu’aux toilettes pour me déferler le gland de slurps et de gloups. Dans le cab rose vers Hyde Park, personne n’a dénudé ses seins pour les habiller de mes mains aux seules fin de faire rougir le taximan. Et dans le London Eye, personne n’a entretenu sur ma personne 45 minutes de trique à la seule force de la suggestion érotique, certes secondée de délicats pincements de... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 18:25:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :