Orvert Latuile se réveilla le treize août d'un sommeil de trois cents heures; il sortait d'une cuite un peu sévère et se crut tout d'abord aveugle; c'était faire bien de l'honneur aux alcools qu'on lui avait servis. Il faisait nuit, mais d'une nuit différente; car, les yeux ouverts, il ressentait l'impression que l'on éprouve lorsque le jet d'une lampe électrique tombe sur les paupières closes.
(...)
- Bon Dieu, se dit-il, quel drôle de truc que ce brouillard.
(...)
- Je descends chez ma logeuse et je laisse ma braguette ouverte, dit-il. On va bien voir s'il y a du brouillard ou si c'est mes yeux.

Boris Vian, Le loup-garou. Editions 10/18, 1976, p.60.