Je ne fais ni cauchemars post-traumatisants, ni d'affreux rêves néosexuels; je dors puis mes yeux s'ouvrent et la lumière me donne les premiers paramètres à assimiler : heure, temps, ambiance...

Éric Arlix
Arsenal n°3, Editions até, 1999, p.117.