Dans un linceul se réunissent deux processus essentiels aux yeux de Hantaï : l'entoilement et l'étiolement, le premier donnant au second son champ ou, mieux, son filet de décomposition.

24_11_08_1829

S.Hantaï, 1970/73

Georges Didi-Hubermann, L'étoilement, Conversation avec Simon Hantaï. Editions de Minuit, 2001, p.59.