Nos chevaux galopaient le long du rivage, comme s'ils fuyaient l'oeil humain.

Lautréamont, LES CHANTS DE MALDOROR. Chant troisième. Ed. Garnier-Flammarion, 1969, p.140.