samedi 26 janvier 2008

1040 : Il ne s'explique pas cette coïncidence

« Je te reconnaîtrai aux algues de la mer/Je te reconnaîtrai aux lignes de ta main/Au sel de tes cheveux - au profond des paupières/Je fermerai les yeux - ça ira mieux demain », chante Bernard Lavilliers dans Je te reconnaîtrai, l'un des titres de son excellent nouvel album, sorti lundi. Près de 60 ans avant, l'écrivain Claude Roy publiait, dans Un poète mineur (Gallimard), un texte appelé Petit matin, commençant ainsi : « Je te reconnaîtrai aux algues de la mer/Au sel de tes cheveux, aux herbes de tes mains/Je te reconnaîtrai au... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:37:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]