" Dans la jouissance de l'amour se mêle une souffrance très réelle quand on aime fortement : l'impuissance de pénétrer l'âme de celui qu'on aime. Dans les courts instants du plus entier abandon intime et de la confusion des deux amours, on est en possession du corps, mais on ne possède de l'âme que ce qui s'échappe par les yeux et ce que la parole en livre. Mais ce n'est pas encore l'âme tout entière (...) p.65
De là l'immense tristesse, inexplicable, qui se glisse dans les moments des plus intimes épanchements, et qui domine la fin des plus vifs moments de bonheur. Ce n'est pas la satiété mais l'irrésistible désir d'aller au-delà et je ne saurais m'expliquer pourquoi je n'ai désiré plus vivement mourir que quand j'étais heureuse..." p.266.

Amélie Ozanam, vers 1860.

Alain Corbin, L'HARMONIE DES PLAISIRS. LES MANIÈRES DE JOUIR DU SIÈCLE DES LUMIÈRES À L'AVÈNEMENT DE LA SEXOLOGIE. Perrin, 542 p., 24 €. 

Patrick Kéchichian, Le Monde des Livres :10/01/2008