mardi 12 septembre 2006

769 : Zenzi et Fifi

«  Zenzi, commanda Rudolf, joue un peu avec Monsieur… » Toujours aussi docilement elle déboutonna la braguette de mon père et je vis avec quelle adresse elle fit sortir sa queue et commença à la caresser ; puis elle fit sortir les couilles et les massa doucement. Pendant ce temps, elle ne cessait de regarder mon père dans les yeux et de rire. « Si vous voulez baiser Zenzi… allez-y, c’est avec plaisir… dit Rudolf avec entrain. C’est la revanche, voisin… » Mon père se laissait astiquer la baïonnette et ne lui répondit pas.... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 13:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 septembre 2006

768 : Juliette

Elle rentra chez elle, éblouie; elle y voyait à peine, aveuglée, grisée de lumière. Mais cette cécité lui apportait un trésor d'images éclatantes et, dans sa demi-inconscience vague, chaude et lourde, elle trouvait un sentiment de bien-être. David Herbert Lawrence, L'Amazone fugitive. Editions Stock, 1993, p.102. Traduction Jeanne Fournier-Pargoire.
Posté par Sparadrap à 19:18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 8 septembre 2006

767 : Stasie

Que m'importe Stasie ? Il ne manque pas, dans le monde, de jeunes filles brunes aux grands yeux gris intelligents et aux cils noirs, avec de petits pieds dans des bas gris; on peut toujours unir deux solitudes, savourer ensemble ses souffrances. Stasie peut bien rester au Variété, devenir la proie du Parisien Alexandre. Joseph Roth, Hôtel Savoy. Ed Gallimard, 1997, p.82.
Posté par Sparadrap à 16:31:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 7 septembre 2006

766 : Thérèse

Thérèse avait des yeux très bleus. Elle avait un corps très blanc, et sa maman l'embrassait souvent sur le ventre. Thérèse allait à l'école nu-pieds et en chemise de nuit en dentelle : les gens regardaient Thérèse. Thérèse était une petite fille aux yeux d'aube un peu tristes, qui pensait souvent au bon Dieu. Au-dessus de son lit, il y avait une croix de bois, et chaque soir, aux derniers mots de la prière que sa maman lui faisait réciter, Thérèse embrassait la croix de bois. Thérèse aimait bien les glaces à la... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:26:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 6 septembre 2006

765 : Les yeux ouverts

Karajan à l'opéra était bien obligé de garder les yeux ouverts. Mais, au concert, il avait l'habitude de les fermer. Même lors de ses derniers concerts je l'ai toujours vu diriger les yeux fermés, ce qui posait un problème à de nombreux musiciens, notamment dans les salles ou l'acoustique ne leur permettait pas de s'entendre correctement. Avec les années il faut bien dire que les conditions de répétition, de travail, ont changé. Je me souviens des répétitions de mon premier Rosenkavalier à la Scala. Pour moi comme pour d'autres... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 16:31:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 4 septembre 2006

764 : Gazelle

Dans ce gigantesque Hôtel Savoy aux 864 chambres, et même dans la ville tout entière, nous étions peut-être les deux seuls êtres à veiller, moi et la jeune fille du dessus. On pourrait être si bien l'un près de l'autre, moi, Gabriel, et une petite jeune fille brune au visage avenant, aux grands yeux gris frangés de cils noirs. Il fallait que les plafonds de cette maison fussent bien minces, pour que l'on entende si distinctement son pas de gazelle; il me semblait même sentir l'odeur de son corps. Je décidai de m'assurer si ces pas... [Lire la suite]
Posté par Sparadrap à 17:40:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]