Pour voir  nous avons les yeux. Pour entendre les oreilles Pour connaître Dieu qui est l'Etre, nous avons notre existence. Or quel est le caractère propre de notre manière d'exister, c'est que nous sommes crées. C'est donc en tant que créatures que nous connaissons notre Créateur. Cette connaissance n'est pas chez nous une réponse fixée dans une forme numérique, géométrique, immobile [inaltérable] comme dans les minéraux, ni le développement d'une courte phrase mélodique comme dans les règnes végétal et animal. L'idée de cause chez l'homme se traduit par l'idée de filiation. C'est en effet [en tant] qu'effet que l'être brut connaît sa cause. C'est en tant que fils que nous connaissons le père. Palpebrae ejus interrogant filios hominum. L'écran des paupières - ce qui limite et dirige le regard sur nous. Il y a en nous un esprit qui dit : Abba ! c'est-à-dire père!  « Les impies m'ont raconté toutes sortes d'histoires, mais rien qui soit comme ta loi ! » Loi = le rapport de cause à effet, aussi sacré et inviolable que les lois physiques.

Paul Claudel, Journal T1, [29 nov 1929]. Editions Gallimard/La Pléiade, 1968, p.891.